Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Le blog de Satine
  • Le blog de Satine
  • : Ecoutez les battements de mon coeur, laissez-vous bercer par sa musique et partagez ma passion pour la poésie.
  • Contact

Texte Libre

Recherche

Référencement

PageRank Actuel
Actualité blog 

Bienvenue

Coucher-de-soleil.jpg
Oh toi visiteur, amateur de poésie,

Que ta curiosité a mené jusqu’ici,
Laisse-toi naviguer au gré de tes envies
Parcours tout ce qui gravite autour de ma vie.

  Ce ne sont que des essais couchés sur papier,
Une partie de moi qui voulait s’exprimer,
Des mots que je ne pouvais laisser enfermés,
C’est tellement beau de les entendre chanter…

  Flotte sur les méandres de mes sentiments,
Partage rires et peines, vole à mes vents,
Vogue sur mes larmes lourdes comme une enclume
  Pour que ton cœur palpite au rythme de ma plume.


15 mars 2011 2 15 /03 /mars /2011 01:09

Voilà la suite tant attendue par certains amis fidèles, je vous la livre prestement en espérant qu'elle vous comblera tout autant....

 

Pour voir la première page cliquer ici

 

sonnets

 

 

 

Sonnet VII

Le péché d’amour-propre à tel point me possède

Que mes yeux, que ma chair, que mon cœur en est plein ;

Contre un péché semblable il n’est point de remède,

Tant sa marque est profonde et gravée en mon sein.

 

Nul visage, à mon gré, n’est plus beau que le mien ;

Nul charme n’est plus vrai que celui qui m’obsède :

Devant ma vérité, toute vérité cède ;

Auprès de ma valeur, toute valeur n’est rien.

 

Mais lorsque en un miroir je connais mon visage,

Tout flétri, tout mordu des morsures de l’âge,

J’entends mieux le secret de pareilles amours :

 

S’aimer, s’aimer ainsi, ce serait une injure ;

Mais moi-même, c’est Toi, ma beauté, ma parure,

Et mon âge s’est peint des fraîcheurs de tes jours !

 


Sonnet IX

Quand, mal vu par le sort et les yeux des humains,

Déplorant mon état de réprouvé sur terre,

Je maudis mon malheur, de moi-même me plains,

Et fatigue le Ciel de mon cri solitaire ;

 

Envieux de celui dont les vœux sont moins vains,

De son cercle d’amis, de son talent pour plaire,

De la beauté d’un tel et de l’art de certains,

Et jamais satisfait de ce que je sais faire ;

 

Quand, parmi ces pensers, dans le mépris de moi,

Je songe à Vous, - soudain, dans la naissante aurore

Ma fortune, pareille à l’alouette, monte,

 

Et chante au ciel, bien loin d’une terre de honte,

Et votre amour très douce et brillante me dore,

Et me fait riche au point que j’en dédaigne un roi.

 


Sonnet XIII

L’amour est mon péché ; votre vertu, la haine,

La haine du péché que je porte en mon sein :

Comparez votre état, je vous en prie, au mien,

Et ma faute à vos yeux paraîtra moins certaine.

 

Ou, venant de ta bouche, un tel reproche est vain

Quand elle a profané sa pourpre et son haleine,

Scellé des faux serments comme j’ai fait, sereine,

Et volé de l’amour au lit de ton prochain.

 

Qu’il me soit donc permis de t’aimer comme, certe,

A d’autres tu portas tes importunités :

Qu’à la compassion votre âme soit ouverte

 

Afin que nous sachions si vous la méritez !

Si là-bas tu requiers ce qu’ici tu refuses,

Ton exemple est mauvais, bonnes sont mes excuses.

 


Sonnet XVII

J’aime mieux être vil que d’être estimé tel

Quand de ne l’être pas fait que l’on m’en accuse,

Quand j’y perds des plaisirs qu’un homme se refuse,

Jugeant par d’autres yeux de son bien personnel :

 

Et pourquoi le douteux regard d’un autre (et quel ?)

Devrait-il approuver ce beau sang qui s’amuse,

Si d’un moindre pécheur un pécheur plus réel

Espionne et reprend ce que j’aime sans ruse ?

 

Non ! véritablement ; je suis ce que je suis.

Qu’on se juge soi-même alors qu’on me poursuit :

Je puis bien marcher droit si leur marche est oblique ;

 

Ce n’est pas à leur vice à tracer mon portrait,

A moins que de prétendre, injurieux excès,

Que tout homme est pourri dans notre république.

 

 

 

 

A découvrir aussi : le roman Hamlet

                               la biographie de Shakespeare

                               Othello

                               Mac Beth

                               Antoine et Cléopâtre

                               le film Shakespeare un love

                               le film Roméo + Juliette

                               le roi Lear

                               Antoine et Cléopatre

                               Comme il vous plaira

                               beaucoup de bruit pour rien

                               le marchand de Venise

                               Roméo et Juliette

                               Jules César

                               le film Hamlet avec Mel Gibson

                                         le film Hamlet de K. Branagh

                               Les joyeuses commères de Windsor

                               Songe d'une nuit d'été

                               Le soir des rois

                               Les deux gentilshommes de Vérone

                               le film Anonymous

                               la mégère apprivoisée

                               peines d'amours perdues

 

 

Partager cet article

Repost 0
Published by Satine - dans Shakespeare
commenter cet article

commentaires

Satine 29/03/2011 18:29


Le dernier tiers prochainement mamalilou !
Bon courage pour ton déménagement, ce n'est jamais une partie de plaisir !
Bisous


mamalilou 29/03/2011 15:22


c'est si bien écrit, je me prends à lire à voix haute pour savourer davantage encore...
merci à toi
doux bisous et beau mardi
je retourne dans les étagères, à fouiller, trier, ranger...
ce déménagement s'éternise...


Satine 27/03/2011 16:41


Mais c'est tout à fait normal Maria, j'apprécie ton verbe !
Bisous et bonne fin de dimanche


Maria Cesare 26/03/2011 13:11


Merci ma chère amie de lire toujours ma prose,
Même si je ne suis pas Shakespeare, je compose,
Des rimes sans joie ou des rimes de volupté,
C'est de mon âme que j'écris, non sans doigté...
Avec toute mon amitié. Maria


Satine 24/03/2011 18:23


Subjuguée je le suis aussi Cristal, il est unique...
Bisous


Cristal 23/03/2011 22:46


Bonsoir Satine,
C'est avec un grand plaisir que je viens lire la suite... j'ai une préférence pour le dernier sonnet en ses deux dernières strophes
Sa façon d'écrire nous subjugue et reste impressionnante !
bisous Satine et à bientôt


Satine 16/03/2011 19:53


Pour moi Nettoue, il l'est ! Qu'il soit seul ou plusieurs comme certains le pensent, cela m'est égal, il est un génie des mots.
Bisous


Satine 16/03/2011 19:52


J'ai le même sentiment surfingmoune, ce langage est merveilleux...
J'ai essayé de faire un recueil de poésies avec mes élèves cette année (CM2) et ça a été laborieux, les rimes ne les enchantent pas pour eux c'était une corvée, lire des poèmes ou apprendre des
poèmes c'est déjà ennuyeux... Je crois que c'est peine perdue...
Bisous


Nettoue 16/03/2011 17:18


On ne pense le plus talentueux poète de tous les temps... Le fut-il ? Certains de ses vers sont des chefs-d'oeuvre
Bises Satine


surfingmoune 16/03/2011 16:32


C'est toujours avec autant de plaisir que je viens de lire ces sonnets.
Cette façon d'écrire m'a toujours ravie.
Ne pourrait pas apprendre à nos jeunes à revenir à un style plus poétique lorsqu'ils s'expriment par écrit ou verbalement?
Ceci est peut-être dépassé et sans nul doute ils seraient la cible de moultes moqueries.
Bon après-midi
Bises
Sufingmoune