Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Le blog de Satine
  • Le blog de Satine
  • : Ecoutez les battements de mon coeur, laissez-vous bercer par sa musique et partagez ma passion pour la poésie.
  • Contact

Texte Libre

Recherche

Référencement

PageRank Actuel
Actualité blog 

Bienvenue

Coucher-de-soleil.jpg
Oh toi visiteur, amateur de poésie,

Que ta curiosité a mené jusqu’ici,
Laisse-toi naviguer au gré de tes envies
Parcours tout ce qui gravite autour de ma vie.

  Ce ne sont que des essais couchés sur papier,
Une partie de moi qui voulait s’exprimer,
Des mots que je ne pouvais laisser enfermés,
C’est tellement beau de les entendre chanter…

  Flotte sur les méandres de mes sentiments,
Partage rires et peines, vole à mes vents,
Vogue sur mes larmes lourdes comme une enclume
  Pour que ton cœur palpite au rythme de ma plume.


1 juin 2012 5 01 /06 /juin /2012 18:27

anonymous1.jpgEnfin un film sur un des mes auteurs favoris pour ne pas dire le plus prestigieux, le plus talentueux ! J’avais hâte de le voir mais en même temps un peu peur. Mes craintes se portaient uniquement sur le fait que le film avance la théorie suivante : Shakespeare n’est pas l’homme qui a écrit les poèmes et les pièces de théâtre que nous connaissons tous. Certes cette hypothèse est plus que plausible puisque l’on sait que William Shakespeare n’était pas un noble, ni même un bourgeois. Fils d’un gantier, comment aurait-il pu manier la langue anglaise avec autant de brio ? Comme le réalisateur l’évoque dans les bonus (très intéressants d’ailleurs), dès le XVIIIème siècle, les érudits ont eu des doutes sur les capacités et les connaissances de Shakespeare. Mais on ne pouvait pas à l’époque remettre en cause un tel prodige, on ne pouvait salir le prestige d’un auteur si élogieux sans finalement s’attaquer à l’Angleterre elle-même si fière de son dramaturge.

 

C’est d’ailleurs ce qui est mis en lumière dès le début du film. Le narrateur, sur une scène de théâtre actuelle, raconte qu’aucun écrit, aucune lettre, aucune œuvre de Shakespeare n’a été retrouvée. On ne peut même pas prouver qu’il savait écrire ; d’ailleurs, il épelait son nom de la sorte : SHAKSPER. Certes il lisait puisqu’il était un comédien plutôt renommé. Son père et les deux filles de Shakespeare étaient eux-mêmes illettrés. Alors comment tout cela est-il possible ? Le doute est posé, les arguments sont énoncés pour justifier le film qui suivra.

 

Shakespeare est un comédien qui joue une scène de théâtre devant une foule assez conséquente. Le comte d’Oxford, Edouard de Vere, assiste à cette pièce et est impressionné par le nombre de spectateurs. Il trouve que c’est la meilleure façon finalement de toucher une multitude de personnes et de faire passer un message. C’est alors que le côté politique entre en scène. A cette époque, la reine Elisabeth n’a toujours pas nommé d’héritier et le temps presse vu son âge avancé. De Vere souhaiterait voir sur le trône le fils bâtard de la reine le comte d’Essex mais le conseiller personnel de la reine de puis plusieurs décennies, le comte Cecil, met plutôt en avant le roi James d’Ecosse. Or les Anglais ne veulent pas d’un Ecossais au pouvoir.


de-Vere.jpgDe Vere a toujours été attiré par l’écriture. Petit, déjà, il jouait devant la jeune reine Elisabeth et écrivait des pièces. Cette dernière, d’ailleurs, appréciait son talent et la beauté de son verbe. Malheureusement, à la mort de ses parents, de Vere est recueilli par le comte Cecil qui lui interdit formellement d’écrire de la poésie sous son toit. Cela empire lorsqu’il est contraint d’épouser la fille de son bienfaiteur. Du coup, toutes ses œuvres écrites en cachette n’ont jamais pu voir le jour.


Jonson, l’auteur de la pièce jouée par Shakespeare, reçoit alors uneshakes proposition du comte d’Oxford. En échange d’argent, il devra donner vie aux  œuvres de de Vere et les faire passer pour les siennes car un noble n’a pas le droit d’écrire de la sorte. Jonson hésite et en parle à William Shakespeare. A la fin de la représentation de la première pièce du comte d’Oxford, Henri V, le public acclame l’auteur mais c’est finalement Shakespeare qui monte sur scène et s’empare de la gloire qui ne finira pas de croître par la suite.


De Vere place ainsi ses pions et profite enfin de la mise en lumière de ses pièces même si le succès ne lui est pas attribué personnellement. Shakespeare se fait un nom, se montre gourmand et fait jaser d’autres dramaturges notamment Kit Marlowe qui ne croit pas Shakespeare capable d’écrire de telles œuvres. D’autre part, Cecil déteste les pièces de théâtre et s’offusque du fait que la reine y reine.jpgreprend goût. Les pièces du comte d’Oxford mettent en avant des nobles, des assassinats, des ruses politiques qui sont loin de plaire à Cecil mais qui éveillent davantage l’intérêt du peuple. C’est donc à travers le théâtre et les messages cachés dans les pièces que va s’achever la fin de l’époque élisabéthaine.

 

 

 

 

Ce film est réalisé à mon sens avec brio. Tout d’abord, les costumes et les décors sont magnifiques. Le scénario est un bijou, c’est avec une grande joie que je me suis replongée dans le langage shakespearien surtout qu’on a le privilège d’assister à plusieurs extraits d’œuvres. Les chassés croisés entre la jeunesse, l’adolescence et la vie « actuelle » d’Oxford sont faits judicieusement. Chaque retour en arrière est de courte durée, juste assez pour nous expliquer sa vie, ses choix au moment opportun. On apprend d’ailleurs à travers lui beaucoup d’informations intéressantes sur la reine Elisabeth. Les acteurs sont absolument remarquables surtout Rhys Ifans qui incarne le comte d’Oxford et Vanessa Redgrave la reine Elisabeth. L’histoire en elle-même se tient parfaitement même si elle égratigne un peu notre héros dépeint ici comme un ivrogne sans scrupules. Plus les minutes passent et plus l’hypothèse prend toute sa place, tout son sens. En effet, de Vere était un noble érudit qui a passé du temps en Italie. Il parlait le latin, le grec, le français et connaissait les lois élisabéthaines du XVIème siècle. Comme on le précise dans les bonus, toutes ces qualités étaient plus que nécessaires à l’auteur des œuvres de Shakespeare car les pièces mettent en scène des nobles, beaucoup se déroulent en Italie, plusieurs langues y sont parfois citées et les lois de l’époque sont utilisées. Il ne faut pas non plus se leurrer, Shakespeare n’avait aucune de ces capacités. Alors que ce soit le comte d’Oxford le père de ses œuvres somptueuses ou un groupe de dramaturges qui est l’autre hypothèse évoquée, qu’importe, l’essentiel c’est qu’elles aient subsisté à travers les temps et qu’elles nous enchantent encore aujourd’hui.

 

 

A découvrir aussi : le roman Hamlet

                               la biographie de Shakespeare

                               Othello

                               Mac Beth

                               Antoine et Cléopâtre

                               le film Shakespeare in love

                               le film Roméo + Juliette

                               le roi Lear

                               Antoine et Cléopatre

                               Comme il vous plaira

                               beaucoup de bruit pour rien

                               le marchand de Venise

                               Roméo et Juliette

                               Jules César

                               Les sonnets de Shakespeare

                               Les joyeuses commères de Windsor

                               Songe d'une nuit d'été

                               Le soir des rois

                               Les deux gentilshommes de Vérone

                               le film Hamlet avec Mel Gibson    

                                         le film Hamlet de K. Branagh

                               la mégère apprivoisée

                               peines d'amours perdues

Partager cet article

Repost 0
Published by Satine - dans Shakespeare
commenter cet article

commentaires

Satine 01/07/2012 17:08

Absolument rien de contrariant, ne t'inquiète pas mamalilou.
Bisous

mamalilou 24/06/2012 01:35

hem, euh, ...j'espère que je n'ai rien posé de contrariant du moins...
^_^
doux bisous et délicieux été à toi

Satine 14/06/2012 19:51

Ah cool ! Je suis contente d'avoir titiller tes papilles....
Bisous Baggins

Baggins 14/06/2012 00:29

J'avais vu Shakespeare in love qui parlait surtout d'une romance de la vie de Shakespeare, mais celui ci m'a l'air encore mieux...Je n'étais pas au courant. Je suis peut être passé à coté mais ce
sera réparé ceci dit ...Bisous à toi Satine

Satine 08/06/2012 20:04

Ouh mamalilou ! Je vois que mon article t'inspire ! Ca fait plaisir...
Bisous

mamalilou 06/06/2012 00:05

très bon thème de film que ce mythe
il faut rappeler deux choses:
◘ la première c'est que dans la continuité du succès et de sa transmission, aucune objection n'a été émise, et que les premières polémiques sont nées longtemps après sa mort, au 19è siècle, soit 3
siècles plus tard... c'est assez facile de casser les réputations si longtemps après...surtout concernant des périodes où la conservation des documents écrits (déjà rares) dépendait de guerres et
incendies...voyons voir de plus près, qui contribua à cette rumeur? Whitman, M.Twain, H James ou encore S Freud... rien moins...
il y a d'autres auteurs dont on n'a pas de portrait, dont on connaît peu de choses de la vie intime... comme thomas kyd ou john webster... ya pas que shakespeare...
◘ deuxièmement il y a dans les pièces de shakespeare, une inspiration nette, et pas que dans ces pièces, parce que c'était ainsi pour l'essentiel à l'époque, une inspiration empruntée à des
ouvrages existant déjà dans le fonds traditionnel comme c'était la coutume à l'époque où l'on ne parlait pas de plagiat mais de tradition, shakespeare n'inventait donc pas le thème de ses
pièces...on retrouve donc la trace de ses inspirations dans des textes anciens et légendes...
bon ok, et alors?

enfin en dernier lieu, comme tout ce qui touche aux transmission d'actes de noblesses, dans ce milieu plein d'ego, où chacun se réclame des honneurs et des légitimités et prestiges qui arrangent sa
lignée... hein... bon... facile de réécrire a posteriori là où ya des failles en termes de sources historiques, facile de lancer des polémiques pour récupérer des droits, déprécier des auteurs ou
leur prêter des intentions...
moi je vois surtout que ce sont des écrivains et des nobles qui ont a en tirer parti et que ce ne sont pas des historiens à la source de cette remise en cause
quant à de vere... né trop et mort trop tôt vraiment, et le correspondances entre les deux peuvent simplement avoir signé une collaboration pour coller justement aux us elisabéthains... un travail
d'auteur quoi...
what else...
ah le racisme social et la jalousie suscitée par le talent sans lettres de noblesses... c'est pas d'hier que ça irrite... hein... :o))
doux bisous et merci pour ce sujet ici abordé, j'irai voir, c'est sûr... j'adore pointer les incohérences...héhé, mais je me régale surtout de tout ce qui touche à cette époque
doux bisous

Satine 03/06/2012 19:59

J'espère avoir répondu à tes questions grâce à ce film génial !
Bisous nuageux chez nous.

surfingmoune 03/06/2012 17:41

Bonsoir Satine
J'avais lu il y a pas mal de temps que l'on doutait que les pièces de Shakespeare soient vraiment de lui, mais je n'en connais pas le pourquoi.
Merci pour ton article qui est très intéressant.
Bonne fin de journée
Bisous pluvieux
Surfingmoune

Satine 03/06/2012 15:32

Merci Nettoue, j'étais inspirée...
Bisous et bon dimanche

nettoue 03/06/2012 14:55

Bel article, et surtout bien exprimé