Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Le blog de Satine
  • Le blog de Satine
  • : Ecoutez les battements de mon coeur, laissez-vous bercer par sa musique et partagez ma passion pour la poésie.
  • Contact

Texte Libre

Recherche

Référencement

PageRank Actuel
Actualité blog 

Bienvenue

Coucher-de-soleil.jpg
Oh toi visiteur, amateur de poésie,

Que ta curiosité a mené jusqu’ici,
Laisse-toi naviguer au gré de tes envies
Parcours tout ce qui gravite autour de ma vie.

  Ce ne sont que des essais couchés sur papier,
Une partie de moi qui voulait s’exprimer,
Des mots que je ne pouvais laisser enfermés,
C’est tellement beau de les entendre chanter…

  Flotte sur les méandres de mes sentiments,
Partage rires et peines, vole à mes vents,
Vogue sur mes larmes lourdes comme une enclume
  Pour que ton cœur palpite au rythme de ma plume.


15 janvier 2012 7 15 /01 /janvier /2012 18:02

Comédie absolument renommée de Shakespeare, j’avais hâte de la découvrir. Ici le rire ne se fait pas par l’intermédiaire du verbe mais par la dérision de certaines situations. C’est la première pièce de Shakespeare qui fait appel au monde féerique des fées, des Lutins, des Amazones… On y retrouve un méli-mélo amoureux sous un soupçon de poudre magique malencontreusement mal utilisée et qui va provoquer des quiproquos plus que rigolos.


 

songe-nuit.jpg

 

Résumé : Tout commence à nouveau par un mariage forcé : Egée veut marier sa fille Hermia à Démétrius alors qu’elle est amoureuse de Lysandre. Démétrius auparavant avait fait des promesses à Héléna la grande amie de Hermia. Hermia et Lysandre décident de se marier en cachette dans la forêt et font part de leur projet à Héléna qui, jalouse et rancunière envers Hermia, décide de révéler ce secret à Démétrius. Ils décident alors tous deux de les chercher dans les bois où leurs disputes à ce sujet parviennent aux oreilles d’Obéron, le roi des fées. Ce dernier charge Puck, son lutin, de trouver une fleur magique dont le suc posé sur les paupières entraîne un amour puissant pour la première personne entrevue au réveil. C’est ainsi que le suc est déposé sur les paupières de Titania (l’épouse d’Obéron) qui refuse de lui céder un enfant et sur les paupières de Lysandre au lieu des paupières de Démétrius. Lysandre va ainsi tomber amoureux d’Héléna et Titania d’un âne. C’est ainsi que finit la poésie et que commencent l’humour et les situations cocasses. Les rires seront aussi produits par une troupe d’artisans qui décident de faire une pièce de théâtre plus que ridicule pour le mariage de Thésée.

 

 

C’est une pièce de toute beauté tant par sa poésie que par la magie du monde féerique. On y voyage, on y rêve, on y rit, je vous la conseille vivement.

 


Acte I Scène 1 :

Hermia : Je supplie votre Grâce de me pardonner. J’ignore quelle puissance m’enhardit, ou combien ma modestie se compromet à déclarer mes sentiments devant un tel auditoire. Mais je conjure votre Grâce de me faire connaître ce qui peut m’arriver de pire dans le cas où je refuserais d’épouser Démétrius.

Thésée (duc d’Athènes) : C’est, ou subir la mort, ou d’abjurer pour toujours la société des hommes. Ainsi, belle Hermia, interrogez vos goûts, consultez votre jeunesse, examinez bien vos sens. Pourrez-vous, si vous ne souscrivez pas au choix de votre père, endurer la livrée d’une religieuse, à jamais enfermée dans l’ombre d’un cloître, et vivre toute votre vie en sœur stérile, chantant des hymnes défaillants à la froide lune infructueuse ? Trois fois saintes celles qui maîtrisent assez leurs sens pour accomplir ce pèlerinage virginal ! Mais le bonheur terrestre est à la rose qui se distille, et non à celle qui, se flétrissant sur son épine vierge, croît, vit et meurt dans une solitaire béatitude.

Hermia : Ainsi je veux croître, vivre et mourir, Monseigneur, plutôt que d’accorder mes virginales faveurs à ce seigneur dont le joug m’est répulsif et à qui mon âme ne veut pas conférer de souveraineté.

 

Acte III Scène 2 :

Héléna : Tenez, elle aussi, elle est de ce complot. Je le vois maintenant, ils se sont concertés, tous trois, pour arranger à mes dépens cette comédie. Injurieuse Hermia ! fille ingrate ! conspirez-vous, êtes-vous liguée avec ces hommes pour me harceler de cette affreuse dérision ? Avez-vous oublié toutes les confidences dont nous nous faisions part l’une à l’autre, nos serments d’être sœurs, les heures passées ensemble, alors que nous grondions le temps au pied hâtif de nous séparer ? Oh ! avez-vous tout oublié ? notre amitié des jours d’école, notre innocence enfantine ? Que de fois, Hermia, vraies déesses d’adresse, nous avons créé toutes deux avec nos aiguilles une même fleur, toutes deux sur le même modèle, assises sur le même coussin, toutes deux fredonnant le même chant, sur le même ton toutes deux, comme si nos mains, nos flancs, nos voix, nos âmes eussent été confondues ! Ainsi on nous a vues croître ensemble, comme deux cerises, apparemment séparées, mais réunies par leur séparation même, fruits charmants moulés sur une seule tige : deux corps visibles n’ayant qu’un seul cœur, deux jumelles aînées ayant droit à un écusson unique, couronné d’un unique cimier ! Et vous voulez déchirer notre ancienne affection en vous joignant à des hommes pour narguer votre pauvre amie ? Cette action n’est ni amicale, ni virginale ; notre sexe, aussi bien que moi, peut vous la reprocher, quoique je suis seule à ressentir l’outrage.

 

[…]

 

Puck ou Robin Bonenfant : Mon féerique seigneur, ceci doit être fait en hâte ; car les rapides dragons de la nuit fendent les nuages à plein vol, et là-bas brille l’avant coureur de l’aurore. A son approche, les spectres errant ça et là regagnent en troupe leurs cimetières : tous les esprits damnés, qui ont leur sépulture dans les carrefours et dans les flots, sont déjà retournés à leurs lits véreux. Car, de crainte que le jour ne luise sur leurs fautes, ils s’exilent volontairement de la lumière et sont à jamais fiancés de la nuit au front noir.

Obéron : Mais nous, nous sommes des esprits d’un autre ordre : souvent j’ai fait une partie de chasse avec l’amant de la matinée, et, comme un garde forestier, je puis marcher dans les halliers même jusqu’à l’instant où la porte de l’Orient, toute flamboyante, s’ouvrant sur Neptune avec de divins et splendides rayons, change en or jaune le sel vert de ses eaux. Mais, pourtant, hâte-toi ; ne perds pas un instant ; nous pouvons encore terminer cette affaire avant le jour.

 

Acte V Scène 1 :

Obéron chantant :

Maintenant jusqu’à la pointe du jour,

Chaque fée erre dans le palais de Thésée.

Nous irons, nous, au plus beau lit nuptial,

Et nous le bénirons,

Et la famille engendrée là

Sera toujours heureuse.

Désormais ces trois couples

S’aimeront toujours fidèlement ;

Et les stigmates de la nature

Ne s’attacheront pas à leur famille.

Ni verrue, ni bec-de-lièvre, ni cicatrice,

Nulle de ces marques néfastes qui

Flétrissent la nativité,

Ne sera sur leurs enfants.

Fées, répandez partout

La rosée sacrée des champs ;

Et bénissez chaque chambre,

En remplissant ce palais de la paix la plus douce.

Que la sécurité y règne à jamais

Et que le maître en soit béni ;

Filons ;

Ne nous arrêtons pas ;

Et retrouvons-nous à la pointe du jour.

 

Puck (aux spectateurs) : Ombres que nous sommes, si nous avons déplu, figurez-vous seulement (et tout sera réparé) que vous n’avez fait qu’un somme, pendant que ces visions vous apparaissaient. Ce thème faible et vain, qui ne contient pas plus qu’un songe, gentils spectateurs, ne le condamnez pas ; nous ferons mieux, si vous pardonnez. Oui, foi d’honnête Puck, si nous avons la chance imméritée d’échapper aujourd’hui au sifflet du serpent, nous ferons mieux avant longtemps, ou tenez Puck pour un menteur. Sur ce, bonsoir, vous tous. Donnez-moi toutes vos mains, si nous sommes amis, et Robin prouvera sa reconnaissance.

 

Cette dernière tirade ne vous rappelle-t-elle pas un film très connu ? L’acteur qui dit cette réplique n’est autre que Robert Sean Leonard celui qui joue actuellement le Docteur James Wilson dans Dr House. Non, toujours pas ? Il s’agissait de son tout premier film avec le jeune Ethan Hawke et l’inoubliable Robin Williams qui interprétait leur professeur un peu farfelu dans un collège très strict. Oui vous y êtes, « le cercle des poètes disparus ».

 

 

A découvrir aussi : le roman Hamlet

                               la biographie de Shakespeare

                               Othello

                               Mac Beth

                               Antoine et Cléopâtre

                               le film Shakespeare in love

                               le film Roméo + Juliette

                               le roi Lear

                               Antoine et Cléopatre

                               Comme il vous plaira

                               beaucoup de bruit pour rien

                               le marchand de Venise

                               Roméo et Juliette

                               Jules César

                               Les sonnets de Shakespeare

                               Les joyeuses commères de Windsor

                               Le film Hamlet avec Mel Gibson    

                                         le film Hamlet de K. Branagh

                               Le soir des rois

                               Les deux gentilshommes de Vérone

                               le film Anonymous

                               la mégère apprivoisée

                               peines d'amours perdues

Partager cet article

Repost 0
Published by Satine - dans Shakespeare
commenter cet article

commentaires

Satine 03/02/2012 20:02

C'est vrai tu as raison Baggins, c'était un des premiers à avoir fait ce choix il me semble.
Bisous

Satine 03/02/2012 20:02

Ouh que de philosophie mamalilou, je te retrouve bien là.
Bisous

Baggins 01/02/2012 08:40

J'aime beaucoup cette pièce de Shakespeare...Le monde féerique est d'ailleurs rarement évoqué dans le théâtre classique ... Bises à toi Satine

mamalilou 23/01/2012 02:34

film culte, film fétiche... oui bien sûr que je me souviens :o)
quant aux rumeurs... on essaie toujours d'écorner les idoles... comme on fait parfois des idoles en enjolivant la réalité d'ailleurs...
regarde un peu ce qui se dit de Gandhi...
du reste, un homme doit-il toute perfection pour guider l'humanité? les parts d'ombre ne mettent-elles pas du relief à ces figures? ombres personnelles ou ombres portées...
doux bisous et belle semaine à toi

Satine 16/01/2012 17:56

J'étais déjà au courant de ces rumeurs et effectivement elles sèment le doute. Le film "Anonymous" qui est en salle actuellement défend cette hypothèse, il faut que j'aille le voir mais au
kinépolis il ne le passe qu'à 22h30, c'est trop tard.
Bisous

nettoue 16/01/2012 17:07

J'ai lu que beaucoup de ses pièces et poèmes n'auraient pas été écrits par lui. Le sujet est à l'étude, mais il me dérange
Bises Satine