Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Le blog de Satine
  • Le blog de Satine
  • : Ecoutez les battements de mon coeur, laissez-vous bercer par sa musique et partagez ma passion pour la poésie.
  • Contact

Texte Libre

Recherche

Référencement

PageRank Actuel
Actualité blog 

Bienvenue

Coucher-de-soleil.jpg
Oh toi visiteur, amateur de poésie,

Que ta curiosité a mené jusqu’ici,
Laisse-toi naviguer au gré de tes envies
Parcours tout ce qui gravite autour de ma vie.

  Ce ne sont que des essais couchés sur papier,
Une partie de moi qui voulait s’exprimer,
Des mots que je ne pouvais laisser enfermés,
C’est tellement beau de les entendre chanter…

  Flotte sur les méandres de mes sentiments,
Partage rires et peines, vole à mes vents,
Vogue sur mes larmes lourdes comme une enclume
  Pour que ton cœur palpite au rythme de ma plume.


1 février 2012 3 01 /02 /février /2012 10:32

Le choix de ce livre m’a été inspiré par «  le livre sans nom ». En effet, à la fin de ce roman, on trouve des résumés assez intéressants de plusieurs livres dont celui-ci et je dois avouer que je n’ai pas été déçue.

employe.jpg

 

 

Quatrième de couverture :  

Un sérial killer mène l’enquête.
Joe Middleton contrôle parfaitement tous les aspects de son existence. Célibataire, il n’oublie pas de nourrir son poisson rouge deux fois par jour ni de rendre visite à sa mère au moins une fois par semaine, bien que de temps à autre il agrémente son café avec de la mort au rat.
Il travaille comme homme de ménage au commissariat de police : ce qui lui permet d’être au fait des enquêtes criminelles de la ville. Des meurtres en série se succèdent jusqu’au jour où un meurtre est commis sur le même mode opératoire que les autres mais, pourtant, le tueur ne s’y reconnaît pas… Joe décide de mener sa propre enquête… Qui est-il vraiment ?

 

 

 

 

 

Dès le premier chapitre, l’auteur nous met dans le bain. On assiste au premier meurtre de notre serial killer d’une façon magistrale. En effet, on pense tout bonnement qu’il rentre chez lui et que c’est sa femme qui est à l’étage. Aussi on tombe des nues quand la dame en question lui demande « Mais qui êtes-vous ? ». Paul Cleave a tout de même la politesse de ne pas trop rentrer dans les détails du viol et ceci afin qu’au fur et à mesure des pages, on finisse par s’attacher à notre meurtrier.
C’est un pauvre type qui vit dans la misère et qui doit supporter une mère abominable, acariâtre, qui a perdu la tête. On comprend d’ailleurs tout à fait pourquoi il met de la mort au rat dans son café, on regretterait même qu’il n’en mette pas davantage afin qu’elle trépasse.
On suit donc la vie monotone et routinière de Joe qui, pour pimenter sa vie, satisfait ses envies de meurtre. Et il est fier de son travail. Aussi quand il découvre qu’un meurtre lui est attribué alors qu’il est innocent, il décide de mener son enquête. Ses recherches sont facilitées par le fait qu’il est homme de ménage au commissariat de police et qu’il peut aisément accéder au dossier et aux preuves.
Le roman aurait peut-être fini par être lassant si l’auteur ne s’était contenté que de raconter les meurtres, l’enquête et les échanges agressifs de la mère. Mais que nenni ! Paul Cleave nous réserve un contretemps pour le moins inattendu. Joe n’est pas au bout de ses surprises !

Paul Cleave est né en Nouvelle-Zélande en 1974. Avec ce premier roman, il a connu un succès retentissant, si bien que « The Daily Telegraph » en parle comme d’ « un début proprement exceptionnel. On a rarement vu tant d’énergie dans un roman. » En effet, l’auteur sait nous captiver, les pages se tournent rapidement, le style d’écriture est très contemporain comme vous le montreront les extraits ci-dessous. Il n’y a pas de fioritures, pas de longues phrases compliquées et pesantes, on va à l’essentiel pour privilégier l’action. Totalement séduite, j’ai déjà acheté son deuxième roman « un père idéal » dont je vous parlerai bien sûr….

Place aux extraits :
Chapitre 3 : Joe est près à commettre son crime, il est face à sa victime :
« S’il vous plaît, s’il vous plaît. Allez-vous-en. »
J’ai entendu ça tant de fois que j’en bâillerais presque, mais je le fais pas parce que je suis un type poli. «  Vous faites une bien mauvais maîtresse de maison, je lui dis, poliment. »
- Vous êtes cinglé. Je vais appeler la…la police. »
Elle est vraiment stupide à ce point ? Est-ce qu’elle croit que je vais rester là pendant qu’elle prend le téléphone pour appeler à l’aide ? Peut-être que je vais m’adosser au lit et faire les mots croisés du journal en attendant qu’ils viennent m’arrêter ?

Chapitre 41 :
Je roule à la lisière du centre dans ma nouvelle voiture, une Ford quelque chose, cherchant de la marchandise, quelqu’un qui va m’attirer ou peut-être une maison qui a l’air raisonnablement mal sécurisée, quand cela me vient. Une idée. Comme je le sais d’expérience, les spontanées sont parfois les meilleures. Il faut que je me remémore que parfois elles ne le sont pas.
[…]
La maison est de plain pied – on ne s’attendrait pas à moins pour quelqu’un de sa condition. Le jardin est assez mal entretenu. La rampe pour fauteuil roulant qui mène à la porte d’entrée est garnie d’un paillasson marqué « Bienvenue ». Je la monte juste après 11 heures. Je règle son compte à la serrure. Pour quelqu’un qui vit dans un fauteuil roulant, sa sécurité laisse à désirer. La vie est comme ça. Ceux qui sont les plus enclins à se faire agresser – les vieux, les faibles, les jolies – ont en général seulement une chaîne à leur porte et un verrouillage de sécurité. C’est peu. Vraiment peu, pour quelqu’un comme moi.

Chapitre 45 : Joe s’adresse au meurtrier :
« Tu peux soit quitter cette maison plus riche qu’en entrant, en termes d’argent comme de caractère, ou tu peux en sortir dans un sac à fermeture Eclair qui t’emmènera directement en Enfer. Bien sûr, il est inutile de préciser que là-bas, en bas, le châtiment sera éternel, et l’éternité, c’est très, très long. »
Je commence à me demander de quoi je parle. L’Enfer ? Mais qui se soucie de Satan bordel ? Cette espèce d’enfant de putain rouge et tordu n’est qu’une invention de l’imaginaire chrétien, conçue simplement comme moyen de dissuasion pour les assassins, voleurs, violeurs, menteurs, hypocrites et artistes de mime – mais ça a fait un sacré bon boulot.

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Satine 14/02/2012 12:14

Ah ben tant mieux surfingmoune, ça me fait plaisir ce que tu écris là.
Merci, bisous.

surfingmoune 12/02/2012 16:47

J'aime la façon que tu as de nous parler des livres que tu lis.
Tu nous donnes toujours envie de les lire à notre tour.
Bisous du dimanche.
Surfingmoune

Satine 09/02/2012 19:19

Oui c'est vrai que ça serait bien mamalilou mais j'ai peur que les Américains soient trop puritains pour mettre un tueur en série en place d'héros...
Bonne fin de semaine

mamalilou 08/02/2012 15:17

je vais le conseiller à un amateur du genre... j'aime bien que ce type de roman donne lieu à une adaptation cinéma...
doux bisous givrés et floconneux

Satine 03/02/2012 20:03

Je sais que tu aimes lire et tu aimes aussi écrire de courtes nouvelles ma foi très intéressantes.
Bisous

Nettoue 02/02/2012 19:00

Je ne connais pas le roman, mais j'aime ce genre de roman, en fait j'aime lire !
Bises Satine