Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Le blog de Satine
  • Le blog de Satine
  • : Ecoutez les battements de mon coeur, laissez-vous bercer par sa musique et partagez ma passion pour la poésie.
  • Contact

Texte Libre

Recherche

Référencement

PageRank Actuel
Actualité blog 

Bienvenue

Coucher-de-soleil.jpg
Oh toi visiteur, amateur de poésie,

Que ta curiosité a mené jusqu’ici,
Laisse-toi naviguer au gré de tes envies
Parcours tout ce qui gravite autour de ma vie.

  Ce ne sont que des essais couchés sur papier,
Une partie de moi qui voulait s’exprimer,
Des mots que je ne pouvais laisser enfermés,
C’est tellement beau de les entendre chanter…

  Flotte sur les méandres de mes sentiments,
Partage rires et peines, vole à mes vents,
Vogue sur mes larmes lourdes comme une enclume
  Pour que ton cœur palpite au rythme de ma plume.


15 septembre 2008 1 15 /09 /septembre /2008 20:57

Voici un petit texte que j'ai écrit avec ma soeur pour les 30 ans de notre grand frère. Celui-ci avait organisé une grande fête familiale et amicale. On a essayé d'y mêler humour et tendresse, souvenirs et pensées, histoire d'émouvoir notre frère (sans pour autant le faire pleurer) mais surtout pour lui témoigner tout notre amour. 
Cela pourrait peut-être vous donner des envies ou tout au moins des idées....



            Chers invités, vous connaissez tous, plus ou moins, J ici présent, mais nous avons le regret de vous annoncer que finalement vous ne le connaissez pas si bien que ça. Ben oui, vous n'avez pas grandi avec lui comme nous deux pendant 27 et 23 ans. Aussi, nous avons écrit un petit texte pour mieux vous le présenter. Désolé J, mais bon 30 ans ça se fête et ça se remémore. Alors assieds-toi bien car tu vas être surpris de tout ce dont on se souvient.

Avant toute chose, J, il faut que tu saches qu'on ne fait pas ça pour se moquer de toi mais uniquement pour faire passer une bonne soirée ...  à tes amis surtout.

 

On commence dans la douceur. J, spermatozoïde conquérant vainquit à lui seul le préservatif que son père avait eu l'extrême intelligence d'utiliser. En effet, il l'avait piqué à son père, qui a quand même eu, rappelons-le, 7 enfants. Dans un profond respect paternel, nous ne dévoilerons pas ici l'âge du préservatif. A 18 ans et 45 kg, maman se retrouva donc enceinte et d'un fin gourmand qui lui fit prendre 20 kilos. A sa naissance, ils apprirent que c'était un garçon. Papa voulait l'appeler Johnny mais maman lui préféra ce prénom absurde, que nous nous sommes tous empressés de remplacer par n'importe quels autres surnoms tout aussi ridicules mais qui eux au moins étaient drôles. Merci qui ???????? Merci maman !

 

J grandit dans la sérénité et l'amour maternel et paternel qui, il faut le préciser, coule à flot dans notre famille. Mais J s'ennuyait et demandait toujours «il est où le tonton Hugues hein, dis papa? Il est où le tonton Hugues hein, dis papa? Il est où le tonton Hugues hein, dis papa?». Tonton Hugues avait 5 ans de plus et il devint rapidement son partenaire de jeux : les cow-boys contre les Indiens, le Maître de l'Univers contre Squelettor etc ..... J le considérait comme le frère qu'il n'a jamais eu, si bien qu'il voulait toujours rester chez mémé, au grand dam de maman. On a échappé de peu à la crise familiale !

 

Puis dans ce climat harmonieux, naquit 3 ans après lui, M, qui allait lui piquer un peu de cet amour maternel et paternel. J, apeuré par cette chose sans un poil sur le caillou jusqu'à 3 ans, apprécia peu cette arrivée de surplus bruyante qui débordait d'énergie, pour ne pas dire : avec des vers au cul. Mais il finit par accepter puis aimer cette fille d'un autre univers que le sien.

 

Lorsque J eut 7 ans et M 4 ans arriva finalement à force d'insistance de maman : N. Par chance pour J et malheureusement pour M, N était un sac de pommes de terre, plus petite et plus grosse que ses aînés à la naissance, elle ne bougeait pas. On la posait là et elle restait là. Quelle tristesse pour M qui pensait enfin pouvoir s'éclater avec quelqu'un! Quel bonheur pour J qui allait retrouver un peu de sérénité, mais il y avait un prix à payer : des crottes puantes flottant dans la baignoire et des pets à la Hiroshima. Malgré les différences qui l’opposaient à ses sœurs, J n’en restait pas moins leur grand frère. Pour elles, il inventait des jeux et patiemment jouait avec elles.

 

 

Les années passèrent, arriva le collège et les filles. Mais pas n'importe quelles filles : les blondes aux grosses poitrines. Quelle ne fut pas notre surprise quand nous vîmes sur les quatre murs de sa chambre Samantha Fox en petites, même très petites tenues, avec Kylie Minogue, Sandra et Kim Wilde. Et oui, ce fut sa période pop, la seule et unique fois où il apprécia ce genre de musique ou peut-être ce genre de péta..... euh pardon de femmes bien sûr. Son autre passion de l'époque était les animaux.

 

Pour vous éclairer à ce sujet, nous avons choisi une petite anecdote qui va sûrement vous amuser. J, défenseur de la race animale, abonné au WWF accepta de garder la cochonne d'Inde d’une de ses amies (Marion accusée levez-vous) et un lapin. Le problème c'est que c'était le printemps et vous connaissez la réputation des lapins. Figurez-vous que pendant les deux semaines où il se chargea de ces petites bêtes, le lapin n'a pas arrêté de sauter la pauvre cochonne et de la canarder de jets de sperme. La pauvre cochonne en était recouverte tant et si bien qu'on aurait dit qu'elle s'était mise une tonne de gel pour aller en boîte. Les murs de sa chambre dégoulinaient de sperme et l'odeur était intenable.

 

Après cette période hormonale, il se mit soudain a préféré les hommes, mais pas n'importe quels hommes, des loubards à la voix caverneuse qui braillaient sur une musique assourdissante : Iron Maiden, Metallica, ACDC.... Mais là encore, ça ne collait pas avec sa personnalité. Il commença à s'acheter des tee-shirts avec des têtes de morts ou des squelettes, du sang et même des scènes de crime.

 

 

Cela pouvait passer encore mais il fit pire. En première, alors qu'il était jusqu'ici un élève studieux, et brillant, il se trouva un nouveau pote en la personnalité de Laurent (allez lève-toi petit garnement). Ce mec est bavard à un point que vous ne pouvez pas imaginer. A cause de lui, et de ses histoires, Jean ne pouvait plus suivre en classe et ses notes chutèrent vertigineusement, au point qu'il faillit redoubler ! Mais maman et papa veillaient, ils le remirent sur le droit chemin. Applause please ! ! ! Il ne s'arrêta pas là. Il prit le chemin de la fac et étudia l'aménagement et l'environnement. Il travailla nuit et jour, et obtint sa maîtrise avec mention. Applause encore ! !

 

Il partit alors en stage en Irlande, seul au monde, dans cette contrée verdâtre et dépeuplée, où il vécut avec ses amis les animaux. Il y avait au moins 300 araignées (il en a la phobie) dont une vingtaine dans sa chambre à tel point que son plafond était recouvert de toiles. Mais il y avait pire encore : des millions de moustiques à l'extérieur de sa fenêtre, dans le radiateur de sa voiture qui rendu l'âme d'ailleurs. Super le stage, non ! ! !

 

Pendant ce voyage, il fit un arrêt en Angleterre avec des amis. Et là, son destin le rattrapa. Au musée d'Histoire à Londres, il rencontra un oiseau exotique, si luisant et magnifique, qu'il ne put détacher son regard. Mais timide, il n'osa faire le premier pas et se contenta de suivre sa belle partout dans le musée telle une ombre tenace. A tel point qu'elle le remarqua aussi, lui et sa chevelure chevaleresque. Leurs regards se croisèrent. Et là, le monde s'arrêta de tourner. Après avoir échangé quelques balbutiements, il apprit qu'elle travaillait à Genève. Déjà fous l’un de l’autre, ils échangèrent leurs adresses et ce fut le début d'une surprenante histoire d'amour digne d’un conte de fées. Il lui rendit visite à Genève puis elle retourna en Corée faute de visa.

 

Après de longs échanges écrits, téléphoniques, télépathiques et quelques semaines passées en France, il la demanda en mariage pour que plus jamais elle ne s’éloigne de lui. Il a1la jusqu'en Corée, demander à son beau-père la main de sa fille. Ils se marièrent et depuis ce jour leur amour est toujours aussi sincère.

 

Voilà frangin, une rétrospective de ton existence. On sait que tu regrettes un peu d'avoir cette image de garçon timide, discret et gentil mais sache que nous on n'aurait pas voulu un autre frère. Tu as toujours été là pour nous et même si nos caractères se sont parfois heurtés, on t'aime.

 

Longue vie à toi

 

Tes petites soeurettes

Partager cet article

Repost 0
Published by Satine - dans prose
commenter cet article

commentaires

Satine 30/10/2008 10:39

Hé ben quelle santé, moi à 4h du mat je roupille sous ma couette bien chaude...

" Charly " 30/10/2008 05:29

Heu... il était 4h du mat ? Ah bon.Je dois vivre en décalage horaire. Je n'ai pas l'impression d'avoir fait un effort particulire pour me lever.
Charly...

Satine 25/10/2008 20:35

Oui il l'a conservé. Par contre c'est l'inspiration qui te motive à 4h du mat ! Quel courage !

" Charly " 25/10/2008 04:33

AAHH ! que c'est beau l'amour familial ! On ne peut rester insensible. Un texte où tu as mis tout ton coeur, un texte qui transpire d'affection fraternelle. C'est très bien d'avoir fait cette rapide compilation d'événements marquants. Je suis sûr qu'il va le garder quelque part. Décidément, un blog plein de surprise.
Charly...

Satine 30/09/2008 19:20

Et non même pas, mais il était ému ! Ah cette fierté chez les hommes !
Merci pour ta visite et ton commentaire Seb, sois le bienvenu et à bientôt.
Amitiés poétiques

seb 29/09/2008 22:06

J'espère qu'il a quand même pleuré !

Satine 29/09/2008 21:25

Youpi ! Je suis très contente et j'ai adoré ton jeu... Je rempile quand tu veux, n'oublie pas que ma deuxième passion est le ciné...
Merci à toi pour ce divertissement et à mercredi....
Bisous

L'Enchanteur 29/09/2008 21:18

Merci Satine, tu as trouvé pour Green Card, bravo félicitation. Je vais attendre d'autres réponses pour voir... tu es une championne. Bisous. Thierry

Satine 28/09/2008 11:23

Je ne doute pas de la tendresse de tes commentaires et les attends avec impatience, mais voilà comme madame, j'ai profité du soleil hier et du coup j'ai pris du retard dans ma future création... Je vais m'y atteler sérieusement pour répondre à ton attente.
Bisous

L'Enchanteur 27/09/2008 20:50

Bonsoir Satine, je passe simplement pour te faire un coucou et pour te dire que pendant que madame se fait dorer au soleil d'automne, moi je suis dans l'attente de tes prochains écrits afin de pouvoir y mettre des commentaires durs, très durs aussi durs que mon attente... non je blague mon attente n'est pas dure par contre mes commentaires seront eux d'une grande tendresse... bisous.