Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Le blog de Satine
  • Le blog de Satine
  • : Ecoutez les battements de mon coeur, laissez-vous bercer par sa musique et partagez ma passion pour la poésie.
  • Contact

Texte Libre

Recherche

Référencement

PageRank Actuel
Actualité blog 

Bienvenue

Coucher-de-soleil.jpg
Oh toi visiteur, amateur de poésie,

Que ta curiosité a mené jusqu’ici,
Laisse-toi naviguer au gré de tes envies
Parcours tout ce qui gravite autour de ma vie.

  Ce ne sont que des essais couchés sur papier,
Une partie de moi qui voulait s’exprimer,
Des mots que je ne pouvais laisser enfermés,
C’est tellement beau de les entendre chanter…

  Flotte sur les méandres de mes sentiments,
Partage rires et peines, vole à mes vents,
Vogue sur mes larmes lourdes comme une enclume
  Pour que ton cœur palpite au rythme de ma plume.


16 mars 2014 7 16 /03 /mars /2014 18:14

Oui c’est bien elle, vous ne rêvez pas… Kathy Reichs est l’anthropologue judiciaire qui écrit des thrillers dont l’héroïne est Temperance Brennan, celle qui a le rôle principal dans la série Bones.

 

deja.jpgFans de Bones serez-vous déçus par ce roman ?

Non car on vit le métier d’anthropologue judiciaire au fur et à mesure des lignes. L’auteur ne nous épargne vraiment pas. Les cadavres retrouvés sont décrits avec une extrême justesse : l’état de leurs tissus, des tendons, des os, la position dans laquelle on les retrouve, le temps qu’ils ont passé à pourrir et dans quelles conditions mais aussi l’odeur pestilentielle qu’ils dégagent puis bien évidemment les atrocités qu’ils ont subi avant puis après leur mort. Donc je mets ici un bémol : âme sensible s’abstenir. (Je mettrai un extrait ci-dessous pour vous laissez juge).


Oui car Temperance Brennan est relativement différente. Oubliez les répliques drôles de la série lorsque Brennan est en complet décalage avec la société actuelle ou quand elle s’exclame haut et fort qu’elle est la meilleure du monde. Par contre, elle est aussi hargneuse et courageuse (parfois trop même) et son boulot est réellement sa priorité, elle doit absolument trouver les coupables quoi qu’il lui en coûte. Il n’y a pas non plus Booth ou toute la clique de médecins autour d’elle pour l’aider même si elle fait parfois appel à d’autres spécialistes pour avoir des informations supplémentaires.

 

Place à la quatrième de couverture :

Un beau jour d'été à Montréal, sur la table de dissection du laboratoire de médecine légale de la police provinciale, arrive un cadavre découvert dans l'ancien parc du Grand Séminaire. Le docteur Temperance Brennan est chargé d'autopsier ce qu'il reste d'une femme abominablement découpée en morceaux.
Divorcée et solitaire, Temperance travaille durement, dans un milieu dominé par les hommes. Sa sinistre expertise va l'amener en première ligne de l'enquête, seule en butte à l'hostilité de son collègue policier et face à l'assassin pervers qui collectionne les victimes féminines...
Armée de son scalpel et de son instinct, Temperance traque le tueur en série. Cinq femmes sont déjà mortes. Sera-t-elle la prochaine?

 

Cette quatrième de couverture est un bon résumé de ce qui attend le lecteur. Brennan devra faire face à plusieurs cadavres de femmes sauvagement assassinées, à l’hostilité de policiers chargés de l’enquête et à l’étrange comportement de son amie Gabby.

L’enquête est vraiment intéressante et difficile, les liens entre les victimes peinent à être trouvés et le tueur minutieux et pervers va jouer avec Brennan d’une manière saisissante. C’est donc un très bon thriller qui ne vous laissera pas de marbre, le premier d’une série qui, je l’espère, continuera à être d’un aussi bon niveau. Je vous tiendrai au courant de toute façon…

 

Extrait : Lorsque j’ai dénoué le haut du sac, l’odeur de putréfaction était suffocante. J’en ai déplié les rebords et j’y ai plongé mes yeux. En face de moi, j’avais un visage humain. Comme il avait été préservé des insectes, qui hâtent la décomposition, la chair n’en était pas encore totalement désagrégée. Mais la chaleur et la moisissure avaient modifié les traits en un masque mortuaire n’ayant pas grand-chose à voir avec ce que la personne avait dû être. Des yeux ratatinés et rétrécis lorgnaient sous des paupières à moitié fermées. Le nez était de travers, avec les narines comprimées et aplaties contre des joues creuses. Les lèvres étaient retroussées, en une sorte de rictus pour l’éternité, sur une rangée impeccable de dents. La chair était d’un blanc crayeux et collait aux os en une enveloppe blême et flasque. Une masse de cheveux roux et sans éclat encadrait le tout, des tire-bouchons de mèches ternes adhérant à la tête dans un limon de matière cérébrale liquéfiée.

Partager cet article

Repost 0

commentaires