Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Le blog de Satine
  • Le blog de Satine
  • : Ecoutez les battements de mon coeur, laissez-vous bercer par sa musique et partagez ma passion pour la poésie.
  • Contact

Texte Libre

Recherche

Référencement

PageRank Actuel
Actualité blog 

Bienvenue

Coucher-de-soleil.jpg
Oh toi visiteur, amateur de poésie,

Que ta curiosité a mené jusqu’ici,
Laisse-toi naviguer au gré de tes envies
Parcours tout ce qui gravite autour de ma vie.

  Ce ne sont que des essais couchés sur papier,
Une partie de moi qui voulait s’exprimer,
Des mots que je ne pouvais laisser enfermés,
C’est tellement beau de les entendre chanter…

  Flotte sur les méandres de mes sentiments,
Partage rires et peines, vole à mes vents,
Vogue sur mes larmes lourdes comme une enclume
  Pour que ton cœur palpite au rythme de ma plume.


22 février 2008 5 22 /02 /février /2008 12:36

"On n'est pas sérieux quand on a 17 ans"   de Barbara SAMSON

C’est un livre que j’ai lu quand j’avais 14 ans. Ma mère me l’avait offert peut-être pour m’apporter indirectement des informations sur les « premières fois » et les dangers du sida. C’est un livre que j’ai adoré parce qu’il traite de sujets éternels que sont l’amour, la passion mais aussi parce qu’il s’agit d’une histoire vraie, d’un témoignage fort, d’une souffrance et d’une voix qu’on écoute avec attention.
Barbara Samson y raconte une période difficile de sa vie avec beaucoup de sincérité. Elle était tombée éperdument amoureuse d’un garçon qui lui avait caché sa séropositivité et qui l’a contaminée. Comme elle le dit « ce fut sa première et sa dernière grande histoire d’amour ». Je citerai encore ses mots poignants dévoilés sur la première de couverture : « Il m’avait dit : « Nous deux c’est à la vie à la mort. » J’avais 17 ans. J’ai cru à une déclaration d’amour. C’était une phrase de mort. Elle m’est restée plantée dans le cœur. »
Un livre à lire pour les adolescents, à offrir à vos enfants…
 
Tout au long du livre, elle utilise des citations et des poèmes qu’ils s’étaient écrits. Ils m’avaient touchée, je vous en fais part :
 
J’ai une fille à moi,
Une fille qui m’attend au moment tendre,
Une fille à moi,
Elle est le monde,
Elle est mienne.
 
 
Filles de garages, dévêtues…
Arquées, sautées, nées pour souffrir,
Destinées à se dépouiller dans un lieu déserté.
 
 
Nous pourrions être si bien ensemble, je sais que nous le pourrions,
Des mensonges, je te dirais d’affreux mensonges.
Laisse-moi te parler du monde que nous inventerons,
Ni entreprise, ni expédition, invitation ou invention.
Nous pourrions être si bien ensemble.
Le temps perdu à attendre est soustrait du plaisir,
Il décapite les anges que tu détruis ;
Les anges se battent, les anges pleurent ;
Les anges dansent et les anges meurent, affolés par ta beauté.
 
 
Libère-moi mon amour, libère-moi.
Tu me rends réel.
Tu me donnes la raison d’être des amants.
Tu m’arraches aux souffrances égarées.
Libère-moi mon amour, libère-moi.
Toi seule peux me rendre réel.
                                                Jim MORRISON
 
 
C’est peut-être cela que l’on cherche toute sa vie,
Rien que cela, le plus grand chagrin possible,
Pour être soi-même avant de mourir.
                                  Louis-Ferdinand CELINE

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Satine 28/11/2008 20:43

Mais elle n'a pas écrit ce livre pour qu'on ait pitié d'elle ou pour qu'on la regarde dépérir, bien au contraire, elle l'a écrit pour que les jeunes filles ne fassent pas la même erreur qu'elle. En aucun cas elle ne décrit sa souffrance, elle raconte juste comment elle s'est fait piéger...

" Charly " 28/11/2008 17:03

Un sujet puissant, puisque concernant la vie et la mort. Malgré tes recommandations je pense que je ne lirais pas ce genre de livre. Trop dur. Trop cru en ce qui concerne une maladie mortelle qu'on peut éviter. Ce serait, à mon avis, s'intéresser de près à de la souffrance gratuite, voir agoniser à petit feu des innocents. Non merci. A par cela, les vers parlent d'amour de bien belle façon.
Charly...

Satine 22/02/2008 13:54

Je ne sais pas si on peut parler d'une autre direction puisqu'il s'attache toujours à la beauté des mots. Mais c'est vrai, ce ne sont pas les miens, juste une envie de partager et de faire découvrir ce qui m'émeut et me touche.

Vance 22/02/2008 13:47

Ah ? Ce blog prend une autre direction. Intéressant. La citation de Céline est d'une incroyable beauté.