Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Le blog de Satine
  • Le blog de Satine
  • : Ecoutez les battements de mon coeur, laissez-vous bercer par sa musique et partagez ma passion pour la poésie.
  • Contact

Texte Libre

Recherche

Référencement

PageRank Actuel
Actualité blog 

Bienvenue

Coucher-de-soleil.jpg
Oh toi visiteur, amateur de poésie,

Que ta curiosité a mené jusqu’ici,
Laisse-toi naviguer au gré de tes envies
Parcours tout ce qui gravite autour de ma vie.

  Ce ne sont que des essais couchés sur papier,
Une partie de moi qui voulait s’exprimer,
Des mots que je ne pouvais laisser enfermés,
C’est tellement beau de les entendre chanter…

  Flotte sur les méandres de mes sentiments,
Partage rires et peines, vole à mes vents,
Vogue sur mes larmes lourdes comme une enclume
  Pour que ton cœur palpite au rythme de ma plume.


15 juillet 2016 5 15 /07 /juillet /2016 00:55

Le livre de poche de la collection Folio théâtre que j'ai acheté est plus que complet. Il débute par une longue préface d'Yves Bonnefoy qui analyse certaines parties de l'histoire à l'aide d'autres de Shakespeare. Le roman, quant à lui est bilingue ici : l'oeuvre originale à gauche, l'oeuvre traduite en français par Bonnefoy à droite. Ceci est très intéressant d'ailleurs car on se demande d'abord pourquoi les vers en français ont cette coupe un peu aléatoire, mais on se rend compte qu'elle est identique en anglais et que ce n'est pas à cause des rimes car il n'y en a pas. Un dossier complet finit le livre, Bonnefoy y relate la bibliographie de Shakespeare, les sources et références ainsi que de nombreuses notes sur les représentations de la pièce à l'époque de Shakespeare mais aussi sur les choix des traductions qu'il a faits.

Résumé : L'ancien duc de Milan Prospéro et sa petite fille ont été exilés sur une île déserte. Prospéro a été trahi par son propre frère qui lui a volé son poste. Il survit pendant de nombreuses années sur cette île avec sa fille Miranda et un esprit Ariel doté de pouvoirs magiques. Prospéro va alors utiliser plusieurs sortilèges pour faire échouer le bateau transportant ses ennemis et les ramener sur l'île afin d'assouvir sa vengeance.

Cette histoire est plus qu'originale pour Shakespeare pour plusieurs raisons.

Si le terrible naufrage n'est pas une nouveauté puisqu'il a déjà été exploité dans "le soir des rois", il est ici bien plus malveillant, plus sombre car les rescapés se retrouvent sur une île déserte où ils doivent survivre, dispersés, pensant que les autres sont tous morts. C'est d'ailleurs un judicieux parallèle avec ce qui s'était passé des années auparavant pour Prospéro et sa fille Miranda.

Le rôle de la seule femme est ici mineure alors que bien souvent Shakespeare met les femmes de ses romans en avant.

La magie est employée dans toute sa splendeur, les sortilèges sont le sang de cette histoire. C'était le seul moyen pour Prospéro, perdu sur une île déserte, d'assouvir sa vengeance, de faire payer aux responsables son exil forcé avec sa fille. Par quel autre moyen aurait-il pu accéder aux vies humaines sur le bateau lointain pour leur tendre son piège machiavélique ?

Il est difficile au début de retrouver toute la beauté et la malice de Shakespeare. Mais plus on avance dans la lecture, plus les monologues deviennent subtils et beaux, certaines répliques sont vraiment drôles et dans mes choix pour les extraits ci-dessous j'ai essayé de vous mettre un joli panachage de ce qui m'a plu. J'ai trouvé que par rapport aux autres oeuvres lues, l'histoire mettait plus de temps à se mettre en place et à passionner le lecteur mais le milieu et la fin sont vraiment intéressants, donc soyez patients et laissez-vous sublimer par les pouvoirs de Prospéro. Bon spectacle !

Extraits :

Acte I Scène 2 :

Prospéro à Miranda :

Mon art, repose ici.

Et toi, essuie tes yeux, console-toi,

Car l'horrible spectacle de ce naufrage

Qui éveilla ta compassion, si vertueuse,

Mon art, ma clairvoyance l'ont réglé

Si précautionneusement que pas une âme

N'en a pâti ; et que sur ce vaisseau

Où l'on criait si fort et que tu vis sombrer

Personne n'a perdu pas même un cheveu.

Ton oncle, quand un jour il fut passé maître

Dans l'art de satisfaire ou de rejeter les requêtes,

Favorisant un tel, empêchant tel autre

De se pousser trop haut, eh bien, il fit siens mes hommes,

Il les changea, il en fit d'autres êtres,

Il eut la clef du clerc comme du bureau,

Il fit de tous les coeurs, partout dans l'Etat,

Les cordes de sa musique, bref, il devint

Li lierre qui couvrit mon tronc princier,

Et en tarit la sève...

[...]

Fais bien attention, je te prie !

Comme je négligeais les choses du monde,

Tout à cette retraite dont j'attendais

Le perfectionnement de mon esprit

Par cette science qui, d'être trop secrète,

Passe certes l'entendement des gens du commun,

J'éveillai dans mon frère, ce déloyal,

Sa mauvaise nature ; ma confiance même,

Comme celle d'un trop bon père, fit naître en lui

En sens inverse, une traîtrise égale

A cette fois qui n'avait pas de bornes,

Hélas, non, pas de bornes ! Et lui, le maître

Ainsi de tout, prérogatives, revenus,

Et qui mentait si bien qu'à force de mentir

Il corrompit sa mémoire elle-même

Qui l'assura qu'était vrai son mensonge,

Lui, donc, ne douta plus qu'il était le duc

Donc il avait les dehors, le pouvoir,

Et, ambitieusement, de plus en plus...

[...]

Miranda

Mais comment se fait-il

Qu'on ne nous ait pas tués, cette nuit-là ?

Prospéro

Bonne question, ma fille. Mon récit

Y incite, c'est sûr. Ils n'osèrent pas, mon aimée,

Mon peuple m'aimait trop. Ils se gardèrent

De teindre leur méfait de sang, ils voulurent peindre

Un horrible projet de belles couleurs,

Bref, ils nous ont jetés dans une barque

Et conduit à des lieues au large, où attendait

Par leurs soins un rafiot, coque pourrie,

Sans voilure, sans mâts, et que les rats même

Avaient abandonnée, d'instinct. Là ils nous laissèrent

A pleurer dans la mer qui, en retour,

Nous hurlait ses clameurs ; à gémir dans les vents

Dont la pitié, c'était de gémir de même

Mais sans trop nous secouer, comme avec amour.

Miranda

Las, quelle gêne

Je dus être pour vous !

Prospéro

Tu fus un ange,

C'est toi qui me sauvas. Tu souriais,

Forte d'une assurance venue des cieux,

Alors que moi j'agrémentais la mer

D'un supplément de sel avec les larmes

Que mon fardeau m'arrachait. C'est toi

Qui me mis coeur au ventre, qui me donnas

L'énergie d'affronter ce qui allait suivre.

Acte II Scène 1

Alonso

Tais-toi, de grâce ! Tes discours ne me sont de rien.

Gonzalo

J'en crois aisément Votre Grandeur. Et je ne parlais de la sorte que pour donner occasion de plaisanter à ces gentilshommes, qui ont la rate si sensible et primesautière que c'est leur habitude de rire à propos de rien.

Antonio

De rien, en effet, puisque c'est de vous que nous rions.

Gonzalo

De moi qui ne suis rien auprès de vous pour le persiflage, en effet. Si bien que vous pouvez continuer de rire à propos de rien.

Antonio

Voilà qui est porter un bon coup !

[...]

Ariel qui chante à l'oreille de Gonzalo

Pendant que tu dors ici

D'autres veillent, qui ont ourdi

Un complot contre ta vie.

Si tu tiens à ton existence

Réveille-toi, prends conscience.

Debout, debout !

Acte II Scène 2

Stéphano

Si tu es bien Trinculo, sors de là-dessous. Je vais te tirer par tes jambes les plus courtes... Si jambes de Trinculo il y a, il faut que ce soit celles-là. (Il le tire de sous le manteau) Trinculo ! Du pur Trinculo, ma parole ! Comment t'y es-tu pris pour te faire l'étron de ce rejeton de la lune ? Est-ce qu'il chierait des Trinculos ?

Acte III Scène 1

Ferdinand

Il est des exercices bien éprouvants

Mais dont pourtant la durée rehausse

Un plaisir qu'on y trouve ; des abaissements

Que l'on endure sans déchoir ; et d'extrêmes misères

Qui peuvent enrichir. Cette basse besogne

Me serait aussi accablante qu'odieuse

Si la maîtresse que je sers ne donnait vie

A la mort même, et ne transformait mon épreuve

En véritables délices.

[...]

Ferdinand

Miranda admirable ! La cime

De mon pouvoir d'admirer ! Miranda l'égale

De tout ce qui au monde a le plus de prix !

J'ai regardé bien des dames avec faveur,

Et bien des fois mon oreille trop prompte

S'est asservie à la musique de leur voix.

Pour diverses vertus j'ai aimé plusieurs femmes,

Jamais pourtant d'un coeur assez comblé

Pour ne pas voir que tel défaut, tel autre,

En combattraient, en désarmaient la grâce.

Mais vous, mais vous ! Parfaite, incomparable,

Vous êtes faite du meilleur de tous les êtres.

Miranda

Je n'en connais aucun autre.

D'aucun visage de femme je n'ai mémoire

Si ce n'est du mien, en miroir. Et je n'ai vu non plus

Aucun être que je puisse nommer un homme

Sauf vous, mon doux ami, et mon cher père.

A quoi ressemble-t-on ailleurs qu'ici,

Je n'en sais rien ; mais ma virginité

En soit témoin, qui est mon seul joyau,

Je ne voudrais d'autre compagnon, dans ce monde,

Que vous ; et je n'imagine aucune figure

Que je puisse aimer, sauf la vôtre... Mais j'ai parlé

Trop impulsivement, et j'en ai oublié

Les prescriptions de mon père.

Ferdinand

De mon état je suis prince, Miranda,

Et je crois même, bien à regret,

Que je suis roi maintenant ; et pas davantage

Fait pour souffrir cette corvée de bois

Que garder sur ma bouche la mouche à viande.

Mais écoute ce que mon âme te déclare.

Dès le premier instant où je t'ai vue

Mon coeur fut à tes pieds. C'est pour te servir

Qu'il m'y retient, ton esclave. Et c'est pour toi

Que je suis ce patient déplaceur de bûches.

Miranda

M'aimez-vous donc ?

Ferdinand

O ciel, ô terre, soyez témoins de ma parole

Et donnez-lui fortune aussi favorable

Que sa pensée est sincère ! Mentirais-je,

Que meurent mes plus hautes espérances !

Oui, je vous aime, je vous estime, je vous honore

Par-dessus tout ce qui existe au monde.

Miranda

Quelle folle je suis !

Pleurer à ce qui me fait tant plaisir !

Prospéro à part

Belle, heureuse rencontre

De coeurs de la qualité la plus rare !

Puisse le Ciel verser toutes ses grâces

Sur ce qui prend naissance entre ces deux êtres !

Acte IV Scène 1

Prospéro

Si j'ai châtié avec trop de rigueur,

Te voici bien dédommagé ! Car moi,

C'est un tiers de ma vie que je te donne,

Sinon sa raison d'être : bien, reçois-la

De mes mains, à nouveau. Toutes ces vexations

N'étaient que pour sonder ton amour, et tu as

Supporté l'épreuve à merveille. Devant le Ciel

Je te confirme donc mon précieux présent.

Oh, Ferdinand,

Ne souris pas que j'aie tant de fierté d'elle !

Tu le découvriras, Miranda passe toutes louanges,

Sa perfection les essouffle.

Acte V Scène 1

Prospéro

Mon entreprise en est à son point critique,

Car mes charmes ne flanchent pas ; et les esprits

M'obéissent ; et le temps porte son fardeau

Sans broncher... Où en est-il, le temps ?

[...]

Ariel

[...] Le roi de Naples

Et son frère et le vôtre continuent

Tous trois de délirer, au grand dam des autres

Qui débordent d'angoisse et de désarroi ;

Et parmi eux surtout

Celui que vous avez appelé, mon maître,

"Le bon vieux seigneur Gonzalo". Celui-là,

Ses pleurs trempent se barbe comme en hiver

L'eau de la pluie ruisselle des toits de chaume.

Vos enchantements les travaillent

Si puissamment que vous en auriez compassion

Si vous pouviez les voir en cette minute.

Prospéro

C'est vraiment là ta pensée, mon esprit ?

Ariel

Ce le serait si j'étais un être humain, monseigneur.

Prospéro

Soit, ce sera la mienne !

Car toi, qui n'es qu'une forme de l'air,

Tu es ému, leur affliction te touche ; et moi

Qui suis de leur espèce et ressens la souffrance

Aussi durement qu'eux, je n'aurais pas

Davantage de compassion ? C'est vrai qu'ils m'ont blessé

Au plus vif, de par leurs grands torts à mon égard,

Mais la part la plus noble de ma raison

Doit vaincre ma colère. Il est plus grand

D'être vertueux que de tirer vengeance.

Pour peu qu'ils se repentent je n'irai pas

Plus loin dans mon dessein, je ne froncerai pas

Le sourcil davantage. Et toi, Ariel,

Tu vas les libérer. Je désamorce mes sortilèges,

Je leur restitue la raison. A nouveau

Ils pourront être eux-mêmes.

Ariel

Je vais les chercher, mon maître.

Prospéro

Mes témoins soyez-vous, elfes des collines,

Des ruisseaux, des étangs paisibles, des bosquets,

Et vous autres aussi qui sans marquer le sable

Pourchassez Neptune en reflux, mais vous enfuyez

Dès que la marée monte ; vous, mes gracieux pantins

Qui tracez sous la lune ces cercles d'herbes

Que les brebis estiment trop amères ; vous qui aimez

Faire croître, à minuit, les champignons

Heureux d'avoir enfin entendu sonner l'heure

Solennelle du couvre-feu ! Fort de votre aide,

Aussi faibles chacun soyez-vous, petits princes,

J'ai éteint le soleil à midi, j'ai sommé

La révolte des vents de porter la guerre

Et son fracas entre le bleu du ciel et la mer verte,

Mettant à feu les voix terribles du tonnerre,

Fendant de Jupiter le plus noueux des chênes

Avec sa propre foudre ; et secouant

Le promontoire le plus massif, et déracinant

Cèdres et pins ! Les tombes, sur mon ordre,

Ont réveillé leurs morts, se sont ouvertes,

Les ont laissé sortir : tel fut mon Art,

Mon Art si redoutable. Et pourtant, voyez-le,

Cette magie primaire, je l'abjure,

Et quand j'aurai requis la musique du ciel,

Ce que je fais, en cet instant, afin

Qu'elle plie sous le charme de ses arpèges

Leurs sens à mon vouloir, je briserai

Ma baguette de magicien, je l'enfouirai

A des coudées sous terre ; et je noierai mon livre

Plus profond que ne peut atteindre aucune sonde.

Prospéro

Qu'une solennelle musique, le grand remède

De l'esprit qui s'égare, te guérisse,

Cerveau qui bout pour rien dans cette tête !

Et vous, encore sous le charme, restez-là, tous...

Vertueux Gonzalo, homme d'honneur,

Mes yeux, qu'émeut le spectacle des tiens,

Versant leurs larmes de l'amitié... L'enchantement

Qui le retient se dissipe,

Et comme le matin pénètre la nuit

Pour en chasser les ténèbres, leurs sens s'éveillent

Et la raison se lève dans ces fumées

Pour dissiper les fantasmes. Bon Gonzalo,

Toi qui fus mon salut, et restas fidèle

A ton seigneur, je récompenserai

Dûment, et en actions autant qu'en paroles,

Tes services et ta vertu. Alonso ?

Toi, c'est bien durement que tu nous traitas,

Ma fille et moi, assisté par ton frère,

Ce Sébastien que le remords tracasse, n'est-ce pas ?

Et toi, mon frère à moi, toi ma chair et mon sang,

Mais qui as sacrifié à ton ambition

Les voix de la nature et de ta conscience,

Et avec Sébastien, qui n'en souffre que davantage,

Aurais voulu tuer ton roi, et ici même !

Toi... Soit, je te pardonne,

Aussi dénaturé sois-tu... Leur entendement

S'accroît comme une marée monte, qui bientôt

Va recouvrir la plage de leur raison,

Boueuse pour l'instant, fétide. Mais aucun

Ne me regarde encore, aucun d'entre eux

Ne me reconnaîtrait. Ariel, va dans ma chambre,

Rapporte-m'en mon chapeau, mon épée.

Je veux me dépouiller de ce qui me cache

Je veux paraître

Comme jadis je fus : Milan lui-même.

Fais vite, esprit !

Avant qu'il soit long temps tu seras libre.

Epilogue dit par Prospéro

J'ai renoncé tous mes charmes

Et n'ai donc plus d'autres armes

Que ma pauvre humanité.

Vais-je ici rester confiné

Par vous, pourrai-je partir

Pour Naples ? Veuillez souffrir,

Mon duché m'étant restitué,

Le traître étant pardonné,

Que je quitte ce banc de sable

Et que vos mains secourables

Désenchevêtrent mes liens.

Faites à mes voiles le bien

De votre souffle, sinon

Mon projet ne fut rien de bon

Qui ne voulait que vous plaire.

Et il faut que je désespère,

N'ayant plus ni magie ni art

Si me manque aussi le rempart

De la prière qui prime

Sur la justice et rédime

Par le pardon toute offense.

Vous voulez, vous, cette indulgence

Pour vos propres fautes ? Soit !

Mais d'abord délivrez-moi.

Partager cet article

Repost 0
Published by Satine - dans Shakespeare
commenter cet article

commentaires