Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Le blog de Satine
  • Le blog de Satine
  • : Ecoutez les battements de mon coeur, laissez-vous bercer par sa musique et partagez ma passion pour la poésie.
  • Contact

Texte Libre

Recherche

Référencement

PageRank Actuel
Actualité blog 

Bienvenue

Coucher-de-soleil.jpg
Oh toi visiteur, amateur de poésie,

Que ta curiosité a mené jusqu’ici,
Laisse-toi naviguer au gré de tes envies
Parcours tout ce qui gravite autour de ma vie.

  Ce ne sont que des essais couchés sur papier,
Une partie de moi qui voulait s’exprimer,
Des mots que je ne pouvais laisser enfermés,
C’est tellement beau de les entendre chanter…

  Flotte sur les méandres de mes sentiments,
Partage rires et peines, vole à mes vents,
Vogue sur mes larmes lourdes comme une enclume
  Pour que ton cœur palpite au rythme de ma plume.


1 mai 2016 7 01 /05 /mai /2016 00:27

Avant toute chose, je tiens à remercier mon amie Delphine pour le prêt de ce livre, qui comme elle le pensait, m'a beaucoup plu. C'est un auteur français que je ne connaissais pas mais qu'il me tarde de découvrir davantage. Il sait entretenir le mystère jusqu'au bout, nous rendre la lecture angoissante, bref en tout point ce roman porte bien son nom, on en a le vertige...

Quatrième de couverture : Un homme se réveille au fond d'un gouffre, deux inconnus et son fidèle chien comme seuls compagnons d'infortune. Il est enchaîné au poignet, l'un des deux hommes à la cheville et le troisième est libre, mais sa tête est recouverte d'un masque effroyable, qui explosera s'il s'éloigne des deux autres.

Qui les a emmenés là ? Pourquoi ?

Ce thriller est sans fioriture. C'est de la survie pure et simple dans des conditions effroyables : trois hommes qui ne se connaissent pas doivent apprendre à cohabiter ensemble, à se serrer les coudes pour se nourrir, s'abreuver, et surtout se réchauffer car la température est glaciale. Bien vite, ils se rendent compte que le peu de vivres qu'ils ont ne suffira pas à les maintenir en vie et que les bombonnes de gaz s'épuisent bien trop rapidement pour leur permettre d'avoir lumière et chaleur à long terme. Les nerfs sont à vif, l'incompréhension les rend fous et agressifs, le froid les transperce un peu plus à chaque heure, ils savent pertinemment que leur vie est en jeu et qu'il va falloir se battre pour survivre. Heureusement le héros du livre est Jonathan Touvier, un alpiniste chevronné qui connaît par coeur ses conditions de vie difficiles. Ses idées seront essentielles.

Pour bien nous faire comprendre ce qui se passe dans la tête de ces hommes piégés, l'auteur débute chaque chapitre par une citation issue de biographies, journaux intimes d'alpinistes de toutes époques. C'est vraiment un bon choix très intéressant d'ailleurs. Si Franck Thilliez s'attarde à juste titre sur les sentiments, les pensées des trois hommes, pour autant la lecture n'est pas redondante et l'on ne s'ennuie pas un instant. Les chapitres sont très courts et se lisent aisément comme si notre vitesse de lecture jouait un rôle dans leur survie.

Certes j'admets que ce genre d'histoire fait effectivement penser aux films Saw et l'on garde cela en mémoire au début. Par la suite, on s'attache à ces hommes et surtout on veut comprendre qui les a affreusement enfermés ainsi et surtout pourquoi. On se demande lequel des trois était la cible principale, quel est le lien entre eux et cela rend leurs conversations passionnantes car elles sont inévitablement la clé du dénouement. Quant aux actes qu'ils vont devoir faire pour s'en sortir, je vous laisse simplement les imaginer...

Un livre à découvrir donc sous une bonne couette en hiver au coin du feu...

Extrait : Je dois halluciner parce que j'aperçois soudain un mur vertical, constitué uniquement de glace. On dirait une vague géante, prête à se rabattre comme une mâchoire. Cette paroi, sans doute née de l'humidité, du froid et de la condensation, doit se comprimer là depuis des milliers d'années. Ma lumière lui creuse le ventre, et me renvoie des bleus magnifiques. Qui dit glacier souterrain, dit endroit profond. Au moins trente, quarante mètres sous terre. Là où la lumière du soleil n'est jamais rentrée, et ne rentrera jamais.

Partager cet article

Repost 0

commentaires